Conakry : l’ONG Destin en Main présente le rapport sur la sécurisation de l’aide publique dans le secteur de la santé 

il y a 3 mois 118
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

À travers une rencontre entre les acteurs du domaine dans un réceptif hôtelier de Conakry ce samedi 26 mars, l’ONG Destin en Main a présenté les résultats du projet pilote sur la sécurisation de l’aide publique au développement dans le secteur de la santé sur financement de la fondation OSIWA.

Ce projet expérimenté dans deux autres pays de la sous-région est composé d’un rapport, d’un film documentaire et d’un site internet mis en ligne à cet effet.

« Ce projet rendu possible par la fondation OSIWA est expérimenté dans deux autres pays de la sous-région, en l’occurrence, le Sénégal et le Niger (…). Au terme de plusieurs mois de réflexion, de recherche et d’activités malgré le contexte mondial de Covid-19, un cercle de réflexion a produit un rapport national. En outre, un site internetapdsanteguinee.orgest créé et mis en ligne dans lequel vous pouvez retrouver le rapport d’étude nationale et le film documentaire produit à cet effet. Nous réitérons nos remerciements à OSIWA pour son appui technique et financier, aux membres du cercle de réflexion et aux ministères sectoriels qui n’ont ménagé aucun effort durant ce projet »,a lancé Mamadou Bailo Barry, Directeur exécutif de l’ONG Destin en Main.

Dans le rapport sorti de ce cercle de réflexion, les études ont démontré que la gouvernance a des faiblesses en terme institutionnel, organisationnel et surtout en terme de transparence et de redevabilité.

« Au cours de nos travaux, il est tout de suite apparue que le financement mobilisé par rapport à la satisfaction des besoins de santé de la population est largement en deçà des besoins. Mais par contre, si on prend secteur par secteur et programme par programme, tous les financements dans le secteur de la santé, on se rendra compte qu’il y a certains qui sont bien financés comme le fonds mondial de la lutte contre la tuberculose, le sida, et d’autres sont sous financés. Mais de façon globale, il y a eu beaucoup d’effort dans le domaine de la santé qui est passé de l’ordre de 2% à 8%. On s’est rendu compte que malgré cela, en terme d’équité, d’accessibilité et de disponibilité, on s’est rendu compte qu’il y a encore des efforts à fournir pour que les communautés accèdent à des soins de qualité. Il est apparue que la gouvernance a des faiblesses en terme institutionnel, organisationnel et surtout en terme de transparence et de redevabilité », a expliqué Pr Mandy Kader Condé, président du cercle de réflexion.

Au nom de son ministre, le Directeur national de la promotion de la santé, Dr Moussa Soumah a affirmé que ce rapport pourra être un outil de référence de prise de décision dans bien de domaines dans le secteur de santé.

« Qui parle de santé parle de financement. Je pense que ce rapport pourra être un outil de référence de prise de décision surtout pour les défis qui ont été identifiés lors de l’analyse pour que nous puissions faire face à ces défis et désormais, tout ce qui est fait, puisse répondre aux besoins de la population. Il y a aura des mécanismes de développement qui seront développés pour que les populations elles-mêmes puissent être impliquées de façon efficace et efficiente », a-t-il lancé.

Par ailleurs sur le site internetapdsanteguinee.org,l’on peut se procurer de ce rapport et du documentaire réalisé autour du projet.

MohamedNana Bangoura

Articles similaires

Lire l'article en entier