CAN 2025 : la réponse cash du ministre Béa Diallo au Nigeria et à l’Algérie

il y a 1 semaine 42
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Bien qu’elle soit attribuée à la Guinée, l’organisation de la CAN 2025 continue encore de susciter des convoitises. A trois ans de l’échéance, beaucoup émettent des doutes quant à la capacité du pays à abriter la plus prestigieuse compétition de football du continent africain. C’est pourquoi, certains pays, dont l’Algérie et le Nigeria, se sont récemment porté candidats pour récupérer l’organisation de cette Coupe d’Afrique des nations.

« Nous sommes en train de préparer une candidature pour l’organisation conjointe du tournoi (la CAN 2025, ndlr) avec la République du Bénin. Le ministre des Sports a donné son aval à cette candidature. Il est grand temps que le Nigeria accueille un tournoi international, car l’organisation de telles compétitions présente de nombreux avantages », a déclaré Amaju Pinnick, le président de la Fédération nigériane de football, en juillet dernier.

Mais à Conakry, ni un désistement ni un retrait de l’organisation de la CAN 2025 ne sont envisagés. Les autorités guinéennes assurent que le pays va bel et bien organiser cette compétition, « Aujourd’hui, il y a une CAN qui est dédiée à un seul pays, la CAN 2025, on a dit que c’est pour la Guinée. Mais je vois qu’il y a beaucoup de pays qui se positionnent aujourd’hui pour pouvoir l’organiser parce qu’ils disent que la Guinée n’est pas capable d’organiser cette CAN. Je voudrais leur dire que cette CAN est destinée à la Guinée. Et la Guinée a pris ses responsabilités. A travers le leadership de son président, le colonel Mamadi Doumbouya, et de son gouvernement, la Guinée a décidé d’organiser cette CAN. Donc je voudrais dire à tous ceux qui sont candidats que leurs candidatures peuvent se poser en 2027 ou en 2029 ou en 2031, mais 2025 c’est pour la Guinée. Et ça, ça doit être clairement écrit par tous les journaux et compris par tout le monde que cette CAN sera organisée ici », a déclaré le ministre guinéen des Sports, Lansana Béa Diallo, devant plusieurs médias internationaux ce jeudi.

Le ministre ajoute que la Guinée n’est d’ailleurs pas en retard dans les préparatifs, comme certains le font croire aujourd’hui. « Le processus qui est engagé n’est pas en retard, nous sommes largement dans les délais. Les contrats sont signés, l’argent est à disposition. Donc il n’y a rien qui peut nous empêcher d’achever la construction des infrastructures à temps », assure Lansana Béa Diallo.

Un message clair qui devrait non seulement rassurer la Confédération africaine de football (CAF), mais aussi mettre fin à toute velléité de récupérer l’organisation de cette compétition.

Lire l'article en entier