Assassinat d’une fillette à Cobayah: plusieurs personnes dont des marabouts et la grand-mère de la victime interpellés (Charles Wright)

il y a 1 mois 95
PLACEZ VOS PRODUITS ICI

CONTACTEZ [email protected]

Le procureur général près la cour d’appel de Conakry, Alphonse Charles Wright s’est rendu dans la famille de la fillette Mariam Touré, violée puis tuée le mercredi 29 juin, au quartier Kobayah (Ratoma). Il était en compagnie des cadres du parquet général.

A cette douloureuse occasion, Charles Wright a déclaré aux parents de la victime, qu’en sa qualité du représentant du ministère public qu’il était dans un premier temps venu compatir à la douleur, suite à l’assassinat de leur fille.

«C’est une famille complètement déboussolée, mais il faut que les acteurs que nous sommes, puissions-nous tenir à leurs côtes pour les rassurer parce qu’on ne peut même qualifier l’acte d’assassinat. Le simple fait de donner la mort à quelqu’un c’est un meurtre mais lorsqu’on le fait avec guet-apens, ça devient de l’assassinat »,a-t-il mis en avant.

A en croire M.Wright, plusieurs personnes ont été interpellées et placées en garde à vue pour la suite des enquêtes. Ce sont notamment les responsables de la mosquée où le corps a été retrouvé, six marabouts qui résidaient dans la concession familiale de la victime ainsi que sa grand-mère.

D’après lui, il existe bien des indices concordants qui laissent transparaître que cette infraction d’un autre âge a été commise par ceux qui ont été interpellés.

«Aujourd’hui il y a des personnes suspectes qui ont été interpellées. Au-delà des autorités religieuses, on a procédé à l’interpellation de six autres personnes (…) Aujourd’hui étant sur les lieux, on a compris qu’il y avait un groupe de jeunes qui était venu envoyé par la grand-mère au niveau de la concession familiale pour des fins de maraboutage, pour des fins de fétichisme. Alors lorsque les faits se sont produits, la question que le ministère public s’est posé, c’est comment un corps ligoté peut être retrouvé dans une toilette dans l’enceinte d’une mosquée ? L’enquête pourra nous déterminer. Mais je peux vous dire aujourd’hui que sur les personnes qui ont été interpellées il existe des indices concordants qui laisse croire que ce sont eux qui ont consommé cette infraction crapuleuse »,a-t-il déclaré.

Intraitable sur les questions de viol, le procureur général a laissé entendre que ceux qui se rendront coupables de cet acte encourent de peines graves qui vont jusqu’à la perpétuité.

« Les personnes qui sont poursuivie encourent jusqu’à la perpétuité parce que le viol a été suivi par des actes de violences de torture. Nous allons requérir la perpétuité pour contre les personnes qui seront retenues coupables », a-t-il lancé.

Enfin il a écarté l’hypothèse selon laquelle, c’est dans l’enceinte de la mosquée que la fille a été assassinée.

Avant de quitter, le parquet général avait remis une enveloppe symbolique à la famille de la victime.

A suivre….

Alhassane Fofana

Lire l'article en entier